point lecture octobre 2019
LIVRES

POINT LECTURE : Octobre 2019

(Note à moi-même : écrire mon compte rendu de chaque livre une fois le livre en question terminé. Car quand ça fait un mois que tu as finis ce livre, c’est beaucoup plus compliqué pour t’y replonger.)

Hello !

On se retrouve ce mois-ci pour un nouveau point littéraire, avec la pile de livres que j’ai dévorés en Octobre.

LA FEMME INDÉPENDANTE – Simone de Beauvoir (Ed. Folio)

4/5
la femme independante simone de beauvoir

Exrait du « Deuxième Sexe », ce livre est une bonne mise en bouche du travail de Simone de Beauvoir.

J’avais commencé ce livre il y a plusieurs semaines (voir mois), puis je l’avais laissé tomber étant à la recherche d’une lecture plus divertissante… moins « sérieuse ». Néanmoins, faisant partie de ma #Pal pour le #Pumpkinautumnchallenge, ce fut le bon moment pour m’y replonger.

Ce récit philosophique nous amène un questionnement sur la place de la Femme dans la société. Autant du point de vue de la femme en elle-même que de celui de l’homme. Il nous fait également nous questionner sur la place qu’a l’homme dans cette même société.

Pour résumer, je ne peux que vous conseiller de lire ce texte. Le petit plus c’est que comme il s’agit d’un extrait, c’est beaucoup plus facile de s’y plonger. En tout cas c’est un livre très instructif, intéressant et qui pousse à se questionner sur certains comportements, certaines habitudes.

« La femme a toujours été, sinon l’esclave de l’homme, du moins sa vassale ; les deux sexes ne se sont jamais partagé le monde à égalité ; et aujourd’hui encore, bien que sa condition soit en train d’évoluer, la femme est lourdement handicapée. En presque aucun pays son statut légal n’est identique à celui de l’homme et souvent il la désavantage ».

BELOVED - Toni Morrison (Ed. 10|18)

4/5
beloved toni morrison

Je devais lire ce livre lors de mes années universitaires. Mais vous savez comme il m’est difficile de lire un livre imposé. J’avais tout de même acheté ce livre (en anglais), et l’avais même commencé. Néanmoins j’ai vite laissé tomber le trouvant extrêmement difficile à lire.
Pour ce #pumpkinautumnchallenge j’ai décidé de l’inclure dans ma pile à lire, en me convaincant qu’en le prenant en version française cette fois, ce serait beaucoup plus facile à lire. Néanmoins ce ne fut pas le cas. J’ai réalisé alors que le problème n’était pas la langue choisit pour lire ce livre, mais qu’il venait d’autre chose. En effet, j’ai eu énormément de mal à me faire au style d’écriture de Toni Morrison dans ce roman. Il m’a fallu plusieurs pages/chapitres afin de m’habituer à ce « désordre organisé ». Ce que je veux dire par là, c’est que les bonds dans le présent et les souvenirs n’ont pour ainsi dire aucune limite. De plus la limite entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas est encore une fois peu perceptible.
Il faut alors bien s’accrocher. Mais une fois que c’est chose faite, j’ai trouvé l’histoire très intéressante et bouleversante. Toni Morrison nous plonge dans un des temps les plus sombres des États-Unis. Et un temps qui n’est pas si loin du notre (en terme d’époque). Le livre peut être parfois déroutant, puis terrifiant de part l’horreur qui en ressort. Puis on comprend raidement que ce récit n’aurait pas pu être dicté autrement que via ce « désordre organisé. »
C’est pourquoi je recommande ce classique de la littérature américaine, qui nous ramène à des décennies en arrière. Un classique qui nous questionne sur la limite du bien et du mal. L’impact du passé sur le présent. Et également la confusion entre la réalité et l’irréel.

« Ancienne esclave, Sethe a tué l’enfant qu’elle chérissait au nom de l’amour et de la liberté, pour qu’elle échappe à un destin de servitude. Quelques année plus tard, le fantôme de Beloved, la petite fille disparue, revient douloureusement hanter sa mère coupable. »

SŒURS – Bernard Minier (Ed. Pocket)

5/5

Sa couverture me faisait de l’œil. Oui, cela a été un achat purement superficielle. Même si, rassurez-vous, j’ai pris connaissant de sa quatrième de couverture avant de l’acheter. Bah oui, il faut au moins que le résumé m’intrigue un minimum…

Bien que j’adore le genre policier/thriller, je ne lis que très peu de livres de ce genre. J’ai le sentiment, la conviction biaisée, qu’un roman policier-thriller est toujours plus ou moins la même chose. Que je n’apprends rien de nouveau. Et à contrario, la magie est qu’en sachant comment est ficelé ce genre littéraire, j’arrive toujours à me faire surprendre. Soit à me faire surprendre d’être aussi impliquée dans ma lecture, ne voulant pas lâcher l’affaire avant d’avoir le fin mot de l‘histoire, soit surprise face à mes ressentis au fil des chapitres lus, soit un élan de surprise à la fin du bouquin quand on comprend finalement tout le schmilblick !

Et puis aussi, n’est-ce-pas encore plus terrifiant quand l’histoire se passe près de chez vous ? Du côté de Toulouse dans ce cas précis.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce livre, je l’ai dévoré en aussi peu de temps qu’il m’en a fallu pour l’acheter ! C’est pour dire.

Je ne connaissais pas cet auteur auparavant, si vous avez d’autres bouquins de lui à me conseiller, je suis preneuse !

« MAI 1993. Deux sœurs sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes et attachées à des troncs d’arbres. C’est la première enquête du jeune Martin Servaz qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante. Les deux sœurs n’étaient-elles pas ses fans ? L’un des ses plus grands succès ne s’appelle-t-il pas La Communiante ? L’affaire connaît un dénouement inattendu, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête estime-t-il, une pièce manque, une pièce essentielle.
FÉVRIER 2018. L’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée…elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveilles ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession.
Une épouse, deux sœurs, trois communiantes… et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ? »

LA TRISTE FIN DU PETIT ENFANT HUÎTRE – Tim Burton (Ed. 10|18)

5/5
la triste fin du petit enfant huitre tim burton
IMG_6731

Si vous avez lu mon article sur Dumbo, par Tim Burton, vous connaissez très bien ma position vis à vis de ce réalisateur, auteur. Je l’aime, je l’admire. Son univers me fascine. Et quand j’ai vu Guimause présenter cette merveilleuse édition dans sa #PAL, je peux vous assurer que je n’ai pas mis longtemps avant de me le procurer.

Premièrement, ce livre est un pur chef d’œuvre visuel ; que ce soit de part sa jaquette que part son intérieur. Intérieur qui est illustré de dizaines de dessins de Tim Burton lui-même.

Ce bouquin est un recueil de plusieurs petites histoires pour les grands enfants. Des histoires qui mêlent poésie et macabre, ainsi que douceur et cruauté. Un monde imaginaire et quelque peu terrifiant s’ouvre alors à nous.

Je recommande ce livre à tous les « fans » de Tim Burton car vous y retrouverez parfaitement son univers. Je le conseille également à ceux qui ont envie de lire de petites histoires creepy.

Le plus de cette édition, c’est qu’il y a à la fois le texte français et le texte anglais. C’est pratique d’avoir la version originale car parfois la traduction est un peu douteuse à cause des rimes à faire ou de l’utilisation d’une petite dizaine de mots français pour traduire un seul mot anglais.

« THE GIRL WITH MANY EYES
One day in the park
I had quite a surprise.
I met a girl
who had many eyes.
(…)
It’s great to know a girl
who has so many eyes,
but you really get wet
when she breaks down and cries ».

NORTHANGER ABBEY – Jane Austen (Ed. 10|18)

5/5
northanger abbey jane austen

Allez-vous me jeter des pierres si je vous avouais qu’il s’agissait là de mon premier Jane Austen… ? Honte à moi de ne pas voir lu un de ces bouquins avant, moi qui adore cette culture British, et cette époque pré-victorienne/victorienne.

(Bon je t’avoue lecteur, que ce n’est pas ma plus grosse « honte » en terme de manquement littéraire…Je partagerai cela avec vous incessamment sous peu. D’ailleurs n’hésite pas à me dire quel livre tu penses !)

Ce livre je l’avais acheté tout à fait par hasard, car le nom de « Jane Austen » me disait quelque chose… Elle n’est pas complètement inculte celle-là ! Puis j’ai lu que ce livre était généralement le moins apprécié de ses 6 romans.

J’ai alors décidé d’entreprendre cette lecture sans aucun a priori, et je l’ai terminé 3 jours plus tard. Est-ce qu’on peut dire que ce fut un franc succès ? OUI !

J’ai absolument adoré ce roman, suivre l’aventure de ces personnages qui semblent à mille lieues de chez nous. J’ai beaucoup aimé l’humour subtil de Jane Austen dans ce roman, ainsi que sa modernité (compte tenue de l’époque à laquelle il a été rédigé.) . J’ai été happée par l’histoire, par l’amour, les personnages, les bals à Bath et les coutumes.

Et je me dis que si j’ai adoré ce livre, qui est le moins apprécié du reste du monde, qu’en sera-t-il qu’en je lirai ses 5 autres romans ? Deviendrais-je une Janeite ?

« Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouement pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin des modèles de vertu. Mais si cette jeune Bovary délicatement British n’a rien d’une héroïne c’est que Jane Austen s’amuse ! Et nous emporte, d’une plume malicieuse, d’un bout à l’autre du plus moderne des romans austeniens »

MAGIC CHARLY – Audrey Alwett (Ed. )

3.5/5
mgic charly audrey alwett

Ce livre je me le suis procuré grâce à #booktube et plus précisément à Alexandra de la chaîne Alex bouquine en prada.

Ce livre m’a très vite donné envie, notamment par son univers qui rappelle doucement la magie d’Harry Potter.

J’ai beaucoup aimé ce roman jeunesse, bien que parfois j’ai trouvé quelques longueurs, ou alors quelques faits vite expédiés. Mais encore une fois, comme il s’agit d’un tome 1, le suivant apportera certainement les réponses manquantes.

Néanmoins l’univers de Charly est incroyablement adorable. Les personnages sont touchants, et l’ambiance en générale à quelque chose de réconfortant. Grâce à l’imagination débordante d’Audrey Alwett, un monde imaginaire nous est magiquement bien décrit. C’est une lecture douillette, à apprécier sous un plaid avec un thé bien chaud et un petit biscuit pour l’accompagner.

Je pense que c’est un super livre jeunesse à offrir pour ces fêtes de fin d’année, en plus, admirez-moi cette couverture divinement belle !

« On peut avoir un chat doué de capacités hors du commun et tout ignorer de l’existence des magiciers. C’est le cas de Charly Vernier, jusqu’à ce qu’il découvre que sa grand-mère pourrait être un membre éminent de cette société. Mais elle court un grave danger. S’il veut la sauver – et se sauver lui-même -, Charly n’a pas le choix, Il lui faut devenir apprenti magicier. »

CADAVRE EXQUIS – Augustina Bazterrica (Ed. Flammarion)

5/5
cadavre exquis austunia bazterrica

Encore une lecture dévorée (oh le vilain jeu de mot), grâce à Alex, qui m’aura pas mal influencée ce mois-ci dis donc ! Et une lecture qui a pu se réaliser grâce à l’amoureux qui m’a offert ce bouquin.

Dès que j’ai entendu parler de ce livre, je me suis dit « il me le faut absolument ! ».

Et quelle lecture ! Ce fut un moment puissant, dingue, révoltant, hallucinant, froid et écœurant. Et oui c’est possible d’aligner autant d’adjectif pour un seul et même livre.

Si vous souhaitez vous aventurer dans ce bouquin, je vous conseille d’avoir le cœur bien attaché. Car certaines scènes sont décrites de façon tellement précise et chirurgical que ça risque de vous glacer le sang.

Autrement j’ai trouvé cette dystopie super bien ficelée, avec un suspens qui prend au tripe du début à la fin (oui bon ça va c’était le dernier jeu de mot).

Même si je dois avouer qu’elle m’a pas mal effrayée de part sa plausibilité d’un monde qui tourne fou.

D’ailleurs je me demande quel rapport à la viande, à l ‘espèce animale, j’aurais eu après cette lecture si j’en consommais ? N’hésitez à me partager votre ressenti !

« Un virus a fait disparaître la quasi-totalité des animaux de la surface de la Terre. Pour pallier la pénurie de viande, des scientifiques ont créé une nouvelle race, à partir de génomes humains, qui servira de bétail pour la consommation. Ce roman est l’histoire d’un homme qui travaille dans un abattoir et ressent un beau jour un trouble pour une femelle de « première génération ». Or , tout contact inapproprié avec ce qui est considéré comme un animal d’élevage est passible de la peine de mort. A de l’insu de tous, il va peu à peu la traiter comme un être humain.
Le tour de force d’Augustina Bazterrica est de nous faire accepter ce postulat de départ en nous précipitant dans un suspense insoutenable.Roman d’une brûlante actualité, tout à la fois allégorique et réaliste. Cadavre Exquis utilise tous les ressorts de la fiction pour venir bouleverser notre conception des relations humaines et animales. »

UNE DRÔLE DE TRAVERSÉE – Ernest Hemingway (Ed. Folio 2€)

3/5

Une nouvelle très rapide à lire et relativement simple.

Comme pour le vieil homme et la mer, du même auteur, j’ai été attirée par le lieu dans lequel se passe l’histoire, c’est-à-dire Cuba. D’ailleurs ce n’est pas la seule similitude que j’ai pu compter puisque cette fois encore on va suivre l’aventure d’un Homme de la mer.

Dans cette nouvelle j’ai encore une fois trouvé le ton très contemplatif et descriptif dans la manière d’écrire d’Hemingway. Mais s’agissant d’une nouvelle, l’action arrive quand même plus rapidement que dans le roman cité ci-dessus. Et je dois même vous avouer que j’ai été surprise de la tournure des événements. J’ai même du revenir sur mes pages pour être certaine de ne pas avoir lu de travers… Ahah !

Quoiqu’il en soit c’est une lecture sympathique, rapide et en plus pas chère à découvrir !

« Cuba 1933. Harry Morgan, contrebandier amateur, loue son bateau à des touristes et des pêcheurs. Entre deux lampées de rhum, il est abordé par M.Sing, dit « le chinois », homme d’affaires pour le moins trouble qui lui propose un marché : embarquer de Cuba douze clandestin chinois pour cent dollars par tête et les jeter par dessus bord au large de Key-West… »

MISS PÉRÉGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS – Ransom Riggs (Ed. Le livre de poche)

5/5
miss peregrine 01 ransom
IMG_6739

Qui ne connaît pas l’histoire de Miss Pérégrine ? Moi je n’avais vu que le film réalisé par Tim Burton, et je me souviens avoir beaucoup aimé l’histoire.

C’est pourquoi l’autre jour en faisant un tour sur Momox (je vous en parle bientôt dans un autre article), je suis tombée sur ce bouquin pour une miette de pain. J’en ai donc profité pour me le procurer, tout en sachant que je n’avais pas vu le film depuis un long moment, et donc que je n’aurais pas les images visuelles qui auraient pu venir polluer mon imagination.

Je pense sincèrement que je me suis répétée tout au long de ces 8 livres, mais encore une fois, celui-ci je l’ai DÉVORÉ ! C’est-à-dire qu’il ne m’a pas fallu plus de quelques jours pour le terminer. J’ai trouvé que l’écriture était très fluide, les descriptions suffisantes sans être totalement dans le contemplatif. L’action était régulière et a su me maintenir en haleine du début à la fin. De plus les photos insérées dans cette édition illustre à merveille le texte, et permet d’orienter notre imagination dans l’univers souhaité.

C’est une lecture que je recommande chaudement et il me tarde de me procurer le tome 2 puis le 3. Ou les deux en même temps.

« Depuis qu’il est enfant, Jacb écoute les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier lui a souvent parlé de l’orphelinat de Miss Pérégrine, peuplé d’enfants « particuliers », doués de capacités surnaturelles. Un soir , Jacob qui a maintenant 16ans, trouve son grand-ère mortellement blessé pr une créature qui s’enfuit sous ses yeux. Bouleversé, il part en quête de vérité et découvre le pensionnat en ruines : les enfants particuliers ont bel et bien existé. Mais sont-ils toujours en vie ? »

Et voilà c’est avec 9 lectures à mon compte que je clôture ce point lecture d’octobre 2019.

Je suis fascinée de voir mon évolution, moi qui ne lisais même pas 9 livres par an, prétextant des excuses inexistantes.

En tout cas on se retrouve le mois prochain, et en attendant je vous souhaite à tous de bonnes Lectures !

Et toi, t’as lu quoi en octobre ?

Plein d’amour,

Laurie.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.